11M sur le dosJe suis né le 24 juin 1983.

En troisième, j'ai subi des agressions de la part d'autres élèves de ma classe. Arrivé au lycée, je n'avais plus du tout confiance en moi. Je ne m'intégrais pas avec les autres élèves, et je passais mes récrés seul dans mon coin.

Plus tard, lorsque j'ai commencé mes études, je suis tombé dans la dépression. Cette dernière a duré huit ans, avant que je n'ose aller consulter un médecin. J'enchaînais les tentatives de suicide, je m'automutilais, je faisais des crises d'angoisse...et en 2010, après une énième tentative, j'ai été hospitalisé pour la première fois à l'hp pour un bref séjour.

A partir de là, j'ai été soigné pour un "trouble de l'humeur" : antidépresseur, anxiolytique, et antipsychotique au quotidien.

Filou est arrivé dans ma vie en août 2010. J'avais toujours voulu avoir un chien, mais mes parents me le refusaient...Nous avions des cochons d'inde, à la maison, mais plus le temps passait, plus mon désir d'avoir un chien se renforçait. Je m'achetais des chiens en peluches, et je commençais à réfléchir à l'idée de me procurer un chien dans le dos de mes parents, quitte à le leur cacher...

Jusqu'au jour où ils ont accepté. Je voulais un Cavalier King Charles, mais ma grand-mère a vu un reportage sur les épagneuls bretons, et nous a conseillés cette race. J'ai donc opté pour un épagneul. Suite à une annonce sur le BonCoin, nous nous sommes déplacés chez un particulier, en Bretagne, et là...j'ai vu un jeune chiot, esseulé dans son chenil. Il avait de longues pattes et un petit museau...A peine la porte du chenil s'est-elle ouverte, que le jeune chiot a bondi à l'extérieur, et s'est mis à courir partout dans l'herbe...Personne n'arrivait à l'attraper. Il se nommait Filou.

Sa mère était très douce et très belle. Je n'ai pas vu son père, mais...je suis tombé amoureux du dernier chiot de la portée, dès que je l'ai vu!

Après la vente, Filou a été "à moi". Rien qu'à moi. L'aventure commençait.

Je venais d'acheter celui qui allait rendre ma vie plus joyeuse...!